Après deux ans à me dire que c’est un luxe, que de toute façon j’ai déjà tout sur le plan de travail et dans les placards, qu’il est bruyant, cher, bref…je l’ai acheté en sachant qu’il ne remplacera pas totalement mes fidèles aides culinaires.

Le thermomix, puisqu’il s’agit de lui, et moi, allons faire vie commune dans ma cuisine pour de longues années j’espère, et uniquement pour le meilleur.

Lorsque je le déballe de son carton, je le dévisage, le soupèse, le palpe, il est à moi !!!

 

P1080114P1080141

 

 

 

Il  paraît qu’il est incomparable dans le mixage et les émulsions, donc lançons-nous dans le début de notre histoire.

J’ai très envie de tenter une émulsion à base de basilic, direction le jardin, sans lui, pour en chercher un gros bouquet.

Le basilic est grossièrement coupé dans le bol et accompagné d’un petit verre d’huile d’olive et hop je lance la bête en augmentant la vitesse, en passant ensuite en turbo par pressions

 

 

P1080115

P1080119

 

. J’ouvre le couvercle, encore un tour et au bout de 2mn j’obtiens une purée verte au parfum extraordinaire.

 

 

 

 


Il ne me reste plus qu’à lui trouver des utilisations et elle accompagne une salade de tomates le soir.

 

P1080117

 

 


Le lendemain à la fin de cuisson d’un poulet, j’en glisse une cuillère à soupe pour enrober les morceaux de viande, c’est réellement excellent.

Je pense que pour magnifier une daurade, elle sera parfaite, après à chacun de l’adapter à ses besoins selon ses idées.

Le thermomix a réussi brillamment sa première épreuve.

 


J’ai très envie par la suite de tester la puissance de ses couteaux pour broyer ma soupe de crabe, la marée du samedi ayant fourni son lot de crabes et crevettes.

Rien à redire, le vaillant robot engloutit et écrase sans effort apparent les carapaces des crabes, puissance maxi environ 2 mn par bol rempli. Il ne va pas jusqu’à finaliser et passer au tamis la purée obtenue, dommage.

Il reste les crevettes et je me lance dans un beurre de ma composition pour l’apéritif du soir.

En bon ouvrier, il pèse directement dans son bol, ce qui m’évitera de laver le couvercle de ma balance.

J’appuie sur le bouton « balance » et hop, 400g de crevettes, un nouveau clic sur le bouton, la tare se met à zéro, et hop, 80g de beurre salé, un peu de gingembre, un zeste de citron bio, une pincée de piment, 4mn en puissance 4, on obtient une pâte de crevettes.

 

P1080124

 

 

Pour l’aérer, je mets l’accessoire fouet et encore 1mn en puissance 4, la texture devient plus agréable.

 

P1080130

 

 


On tartine aussitôt des tranches de baguette, un petit verre de muscadet et il faut avouer que pour l’instant je ne regrette pas mon achat

 

P1080122

 

Pour finir par une touche sucrée je réalise une crème anglaise en regardant sur le livre cette fois ci. Comme je retiens juste le temps, 7mn à 80°vitesse4, et ne regarde pas les quantités je frôle la catastrophe en mettant 1l de lait alors que le bol est donné pour 1/2l.

Thermomix a prévu qu’il existait des récalcitrants ou des étourdis car miraculeusement rien ne déborde.

La crème en elle-même est aussi bonne que celle faite traditionnellement  et hormis la sonnerie horripilante du minuteur je n’ai rien à redire.

A l’issue de cette première journée je sens que mon nouveau compagnon accepte ma façon peu académique d’utiliser ses fonctions.

Ma conclusion est qu’on peut travailler comme on le désire, avec l’aide et les rails des livres de recettes thermomix ou au contraire selon son inspiration et sa fantaisie.